Comment économiser de l’eau dans son jardin potager

La grande majorité des légumes et des fruits étant composée d’eau (entre 74 % pour le maïs et 96 % pour les concombres), la capacité de nos cultures à accéder à l’eau est très importante pour déterminer le poids final des récoltes. Il n’est pas nécessaire d’être un génie pour comprendre que si vos plantes ont accès à toute l’humidité du sol dont elles ont besoin, elles pousseront plus vite, plus gros et mieux.

Hélas, les étés chauds et secs anéantissent vos chances d’obtenir des résultats décents ou vous obligent à déployer des efforts considérables pour arroser vos plantes en versant des quantités d’eau importantes. L’eau du robinet demande beaucoup d’énergie pour être traitée et distribuée, tandis que l’eau peut s’avérer coûteuse. Les sécheresses étant un phénomène de plus en plus fréquent dans de nombreuses régions du monde, plus nous pouvons faire pour réduire notre dépendance à l’égard du robinet, mieux c’est.

Arroser efficacement

Dans la plupart des saisons de croissance, un certain arrosage sera nécessaire, mais ce n’est pas la quantité que vous appliquez qui compte, c’est quand et où. Un arrosage efficace au bon moment peut permettre d’économiser de nombreux litres d’eau au cours d’un été moyen.

Les jeunes semis et les salades à feuilles charnues ont besoin d’un sol constamment humide pour se développer. D’autres plantes tolèrent mieux un sol qui s’assèche de temps en temps. En règle générale, il est préférable d’arroser abondamment une fois par semaine, voire toutes les deux semaines, plutôt que d’arroser au compte-gouttes. Un arrosage symbolique qui se contente de mouiller la surface encouragera les racines à rester à la surface plutôt que de se développer vers le bas pour rechercher l’humidité du sol en profondeur. Cela créera des plantes qui dépendront complètement d’un arrosage fréquent pour leur survie.

Alors que le sol peut sembler sec en surface, il peut être suffisamment humide en profondeur, ce qui, après tout, est l’endroit où se trouvent les racines de vos légumes. Vous n’êtes pas sûr ? Il suffit de creuser une profondeur de terre d’une bêche et de vérifier l’humidité du profil du sol. S’il est sec, arrosez bien. L’objectif est toujours de persuader les racines vers le bas pour encourager l’autonomie.

Semer et planter

L’influence la plus importante sur la façon dont une plante s’établit est peut-être la façon dont elle est arrosée au moment du semis ou de la plantation. Lorsque vous semez des graines, commencez par arroser une ou deux fois le long de votre semoir tracé avant d’espacer vos graines et de remplir l’arrière avec de la terre. Cela créera une belle zone humide autour des graines et, par temps chaud, contribuera à refroidir légèrement le sol, ce qui permettra aux légumes qui aiment la fraîcheur, comme la laitue, de germer sans problème.

De même, lorsque vous plantez de jeunes semis ou des plantes que l’on a commencé à faire pousser dans des pots, commencez par remplir d’eau le trou de plantation que vous avez fait pour chaque plant. Laissez l’eau s’écouler, remplissez à nouveau d’eau, puis laissez s’écouler une fois de plus avant de planter normalement. L’avantage de cette technique simple est que les racines seront encouragées à pénétrer dans le sol pour aller « chasser » l’humidité qui s’y infiltre.

La même méthode de remplir, drainer, remplir, drainer peut et doit être appliquée à la plantation d’arbres fruitiers plus grands, d’arbustes et de toute plante cultivée en pot. Le fait de charger le sol en humidité de cette manière fait une différence spectaculaire dans la rapidité avec laquelle une plante sort de terre. En outre, la surface du sol reste plus sèche, ce qui réduit la prolifération inévitable des mauvaises herbes lorsque l’on arrose par le haut.

Utiliser de la matière organique

Quel que soit le type de sol que vous avez, il peut toujours être amélioré par l’ajout de matières organiques, qu’il s’agisse de compost, de fumier mûr ou de tout autre élément bien décomposé et prêt à être utilisé. Les sols sablonneux qui se drainent facilement seront les premiers à s’assécher, mais l’incorporation régulière de matières organiques liera les grains de sable entre eux pour créer une structure plus friable qui retiendra l’humidité du sol plus longtemps. L’inverse est vrai pour les sols argileux et collants, où la matière organique aidera à former une structure friable qui assurera un meilleur drainage tout en réduisant l’effet durci et craquelé que l’on obtient pendant une période de sécheresse.

Pendant la saison de croissance active, avec des cultures en pleine croissance, la même matière organique peut être appliquée comme paillage. Cela ralentit l’évaporation de l’eau présente dans le sol en agissant comme une barrière physique entre la surface du sol et les actions desséchantes du soleil et du vent. Il empêche également la prolifération des mauvaises herbes tout en apportant une nutrition supplémentaire et une amélioration constante des conditions du sol, car les vers résidents s’efforcent de « creuser » dans toutes ces bonnes choses. Outre la matière organique bien décomposée, vous pouvez également utiliser des tontes de gazon, de la paille, des résidus de légumes exempts de maladies ou, autour des arbres et arbustes fruitiers, de l’écorce broyée ou tout simplement du broyat obtenu lorsque vous avez taillé vos arbres.

Récupérer l’eau de pluie

Bien sûr, en plus d’économiser l’eau, c’est une bonne nouvelle si ce que vous appliquez est de l’eau de pluie que vous avez récoltée avec soin. C’est gratuit, économe en ressources et meilleur pour vos plantes. Jetez un coup d’œil à nos précédents conseils sur la récupération de l’eau de pluie.

Il existe d’autres moyens ingénieux de maximiser naturellement la pluie qui tombe – des techniques utiles développées dans des climats plus secs où chaque goutte n’est pas seulement appréciée, elle est vraiment précieuse. Beaucoup de choses peuvent être tirées de nos conseils en matière de jardinage en milieu aride et appliquées même aux régions tempérées du monde où les étés secs peuvent encore être une pierre d’achoppement potentielle.

L’économie d’eau dans le potager relève en grande partie du bon sens et peut être résumée par ces cinq règles d’or :

  • Nourrissez votre sol de matières organiques afin de créer un tampon contre les conditions extrêmes d’humidité et de sécheresse.
  • L’opportunité d’arrosage la plus importante se situe au moment de la plantation ou du semis.
  • Lorsque vous arrosez, appliquez beaucoup de volume, moins souvent pour encourager un enracinement plus profond.
  • Paillez pour conserver l’humidité du sol et améliorer sa structure. C’est vraiment efficace !
  • Récupérez autant d’eau de pluie que possible pour éviter d’utiliser de l’eau du robinet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.